Le coût de la remise à plus tard...

"Je n'ai pas le temps", "Je suis trop occupé", "Je verrai ça plus tard"... Vous avez sans nul doute déjà entendu ces mots autour de vous, et vous les avez peut-être même déjà prononcés... (ndlr : pas de jugement ici, car il m'arrive aussi de "procrastiner" ;) )


Voyons l'impact que peut avoir la remise à plus tard sur l'atteinte de vos objectifs patrimoniaux.


Julie souhaite préparer sa retraite par capitalisation et une des solutions retenues pour son objectif est de mettre en place une assurance-vie performante.


Hypothèses A

Julie a 35 ans et pense prendre sa retraite à 65 ans, ce qui nous laisse un horizon de 30 ans. Elle décide de faire un versement initial de 3000 € puis des versements mensuels de 200 €.


Simulation réalisée avec un rendement net annuel de 4%

Hypothèses B

Julie n'a pas pris le temps de penser à elle, et a attendu 2 ans avant de mettre en place une solution. Elle a donc 37 ans, souhaite prendre sa retraite à 65 ans, ce qui nous laisse un horizon de 28 ans (soit 2 ans de moins que dans le premier cas). Elle décide de faire un versement initial de 3 000 € puis des versements mensuels de 200 €.


Simulation réalisée avec un rendement net annuel de 4%

Résultats

L'écart entre les deux cas est donc le suivant : 146 784 € - 131 101 € = 15 683 €.

Prenons tout de même en compte que Julie a épargné davantage en commençant à 30 ans (delta = 75 000 € - 70 200 € = 4 800 €, ce qui correspond bien à 200 € par mois pendant 2 ans).


Ainsi la différence réelle de résultat est de 15 683 € - 4 800 € = 10 883 €


En gestion de patrimoine, le temps est notre meilleur allié. Attendre 2 ans aura coûté à Julie plus de 10 000 €. Mon conseil : pensez à vous et prenez le temps de mettre en place des solutions performantes, au plus tôt, pour vos objectifs moyen-long termes.

Un besoin, une information ? Contactez-moi

Cabinet basé à Pau (64)

Un accompagnement sur-mesure où que vous soyez

0674552195

© 2020 par Jean-Romain Péboscq | Mentions légales